À propos de l’EPER

Deux femmes dans le jardinage

 

LES NOUVEAUX JARDINS EPER: JARDINER POUR ÉVITER LA SOLITUDE

En Suisse, les migrantes sont souvent au chômage et vivent isolées, avec ou sans famille. Le manque de possibilités d’emploi associé à la solitude peut rapidement entraîner des problèmes mentaux et physiques. L’EPER loue des parcelles de jardins familiaux dans 30 sites en Suisse et les gère avec des réfugiées. Ces femmes renforcent ainsi leur santé physique et psychique, maintiennent une structure quotidienne régulière et découvrent les habitudes locales. Lors des réunions hebdomadaires dans les jardins, les participantes parlent l’allemand ou le français, selon la région. Par ailleurs, les employés de l’EPER les soutiennent dans leur travail de jardinage biologique et les informent des offres et des autres activités quotidiennes d’intégration.

Les analyses de ce projet qui existe depuis onze ans montrent que la qualité de vie ainsi que la santé de la plupart des participantes se sont nettement améliorées. Elles ont aussi pu approfondir leurs connaissances en allemand ou en français.

 

EPER MOSAIQ: NE PAS LAISSER SEULS LES MIGRANTS QUALIFIÉS

Beaucoup de migrants vivant en Suisse ont un diplôme universitaire ou professionnel et de nombreuses années d’expérience dans leur pays d’origine. Néanmoins, ils sont souvent au chômage ou occupent des postes pour lesquels ils sont surqualifiés. Leur potentiel professionnel n’est que rarement reconnu ou insuffisamment utilisé. Les migrants originaires de pays non membres de l’UE se heurtent à de nombreux obstacles sur le marché du travail suisse et se retrouvent souvent seuls face à ces problèmes.

L’EPER aide ces personnes dans le cadre du projet «MosaiQ de l’EPER». Ces services spécialisés conseillent et accompagnent les migrants qualifiés pour que leur diplôme soit reconnu et qu’ils accèdent à la pratique professionnelle.

 

EPER ÂGE ET MIGRATION: EN BONNE SANTÉ ET ACTIF, MÊME AVEC L’ÂGE

En Suisse, le nombre de migrants âgés n’a cessé d’augmenter ces dernières années. La plupart d’entre eux sont venus en Suisse durant leur jeunesse pour travailler, puis sont retournés dans leur pays d’origine. Toutefois, ils sont nombreux à être restés et constituent de nouveaux défis pour les institutions suisses dans les domaines de la santé et de la vieillesse: les prestations spécifiques n’atteignent souvent pas les migrants ou sont insuffisantes. L’EPER ne veut pas les laisser seuls lorsqu’ils vieillissent et leur offre un soutien pour gérer leur vie quotidienne de manière autonome.

Le projet «EPER âge et migration» assure une assistance aux personnes issues de l’immigration, à partir de 55 ans, pour les questions liées au vieillissement. Celles-ci sont sensibilisées très tôt et de manière préventive aux problèmes de vieillesse et reçoivent des informations ciblées, notamment sur la prévoyance vieillesse en Suisse. Ce projet souhaite ainsi contribuer à l’organisation d’une vie autonome et saine des migrants en Suisse après leur départ à la retraite.

 


Vers le site web de l’EPER